MARTHE ET MARIE

Vincent Humbert

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vincent Humbert

Message par Cécile le Ven 30 Nov 2007 - 5:23

France : «Vincent Humbert ne voulait pas mourir»


Témoignage : « Il n'est pas mort dans la dignité »

ROME, Jeudi 29 novembre 2007 (ZENIT.org) – «Vincent Humbert ne voulait pas mourir», titre aujourd’hui le quotidien français « Le Parisien - Aujourd’hui en France » auquel se confie le kinésithérapeute de Vincent Humbert, mort par euthanasie. Le kinésithérapeute dénonce : « Vincent, pour ceux qui l'ont connu et véritablement aimé, n'est pas mort dans la dignité ».
Le témoignage complet d’Hervé Messager, kinésithérapeute de Vincent Humbert, est en ligne.
Avant la diffusion, lundi prochain, à la télévision française, d'un téléfilm consacré à « l'affaire Vincent Humbert », Hervé Messager, son kinésithérapeute, dit vouloir « rétablir certaines vérités », quatre ans après la mort, par euthanasie, du jeune tétraplégique, indique la synthèse de presse de la fondation Jérôme Lejeune.
« Généthique » rappelle que Vincent Humbert était soi-disant devenu aveugle et paraplégique suite à un accident de voiture. Sa mère, Marie Humbert, lui a injecté une dose de barbituriques qui l'a plongé dans le coma. Le Dr Frédéric Chaussoy a alors décidé de débrancher le respirateur artificiel du jeune homme, puis de lui administrer un produit létal, entraînant son décès par arrêt cardiaque.
Le 26 février 2006, le juge d’instruction de Boulogne-sur-Mer a clos le dossier Humbert en prononçant un non-lieu pour Marie Humbert et l’anesthésiste qui ont provoqué la mort de Vincent Humbert. L’homicide volontaire a été pourtant reconnu. Mais « l’exonération de responsabilité » est intervenu pour raisons de pression médiatique.
Cette affaire avait été très largement médiatisée et avait suscité un long débat à l'origine d'une nouvelle loi sur « l'accompagnement en fin de vie », adoptée le 22 avril 2005 au Parlement et instituant un droit à « laisser mourir ».
Hervé Messager a soigné Vincent Humbert pendant presque deux ans au centre héliomarin de Berck-sur-Mer, dans le Nord de la France. Pour lui, l'état du jeune homme a été « déformé ». « Profondément, je ne crois pas qu'il avait envie de mourir », déclare le kinésithérapeute.
Pour raconter sa version des faits, Hervé Messager a envoyé un DVD, assorti d'une lettre-témoignage à des députés, sénateurs et journalistes. Ce DVD a été financé par l’association « SOS Fin de vie ».
« Ce qui m’a le plus révolté dans l’avalanche médiatique, c’est la répétition en boucle d’une multitude de mensonges. Tous les médias ont repris ces inepties comme s’ils n’avaient aucun souci de vérifier la vérité. Vincent n’était pas tétraplégique. Aucun médecin n’a dit à Marie que son fils avait une lésion de la moelle épinière. Vincent n’était pas aveugle même s’il ne voyait pas bien. Vincent n’avait pas de perfusion (...). Vincent, pour ceux qui l'ont connu et véritablement aimé, n'est pas mort dans la dignité ».
« La disparition forcée de Vincent Humbert a été chez nous à Berck un cas unique dans l’histoire de notre hôpital. Mais elle a fait naître beaucoup d’angoisse ici et, j’imagine, ailleurs. (...) Pourquoi avoir tué Vincent ? S’il y a une logique à cette mort, on devrait admettre qu’il y a, dans notre hôpital, des centaines de patients de plus qu’il faudrait tuer ! Si on commence à tuer pour ça, on va finir par tuer tous ceux qui entrent à l’hôpital. Et ceux qui survivent sans progrès au bout de deux ans, qu’est-ce qu’on en fait ? Doit-on les achever ? »
« Au nom de la vérité et de l’amitié, j’ose vous dire que Vincent avait encore plein de choses à vivre. Il y a aujourd’hui, dans nos hôpitaux, beaucoup de Vincent qui sont dans des situations dix fois pire que lui. Et les familles veulent que leur proche continue à vivre. Même le patient, quand il peut s’exprimer, veut continuer l’aventure de la vie. Il y a certes, des jours, des moments de dépression. A nous, personnel soignant, de les soutenir, on est là pour cela. Mais il nous faut un climat de confiance ».
Pour les médecins qui ont accompagné Vincent Humbert, le téléfilm travestit la réalité. « C'est une accumulation d'éléments tous plus misérabilistes les uns que les autres qui trempent dans l'eau de rose et ne visent qu'à une chose : faire verser des larmes à la ménagère de moins de 50 ans », avait prévenu le Dr Pascal Rigaud, chef du service de rééducation fonctionnelle où séjournait Vincent (« Le Quotidien du Médecin » du 6 septembre 2007).
Pour le Dr François Danzé, chef du service de neurologie du centre héliomarin de Berck-sur-mer : « C'est une opération indigne, qui vise à faire du pathos à bon marché sur une histoire qui a profondément bouleversé les membres de nos équipes ».
Sources : Le Parisien (C.Th.) 29/11/07 - www.lejdd.fr 29/11/07 - 20minutes.fr (Jean-Pierre Müller) 29/11/07 - Famille Chrétienne (Maryvonne Gasse) 1-7/12/07
Anita S. Bourdin


Est-ce que Vincent Humbert a lu dans le regard d'autres personnes le désir de le voir mort plutôt que "diminué" ?...
On ne dit jamais la même chose à tout le monde, parfois à chacun ce qu'il veut entendre...
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par lucie le Ven 30 Nov 2007 - 8:02

je ne sais pas ce qu'il a pu lire...
Ce que je sais, c'est que je trouve la récupération de cette mort et de tout ce qui l'a accompagnée odieuse.
Et cet avis porte sur les deux cotés, ceux qui veulent l'autorisation de l'euthanasie active, et qui sont prêts pour cela à jouer sur les cordes les plus sensibles, et sont prêts à réveiller une douleur que je leur souhaite de ne jamais connaitre pour affirmer leur idéologie.
Je ne vois pas de compassion réelle dans ce qui est dit... Je ne sais pas où est la charité. Il n'y a que l'amour qui puisse accompagner ceux qui souffrent... pas les grands mots ni les convictions.

La question de la mort et de la douleur est à mon avis une question bien trop douloureuse pour se permettre d'instrumentaliser ainsi ce qu'il s'est passé. Quant à juger... le Seigneur nous en garde tous.

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par Joss le Ven 30 Nov 2007 - 8:08

confused Suspect ce témoignage me laisse sceptique.....

Pour quelle raison le docteur Duchaussoy, jusque là réputé prudent, aurait-il risqué la prison ? Pourquoi réagir 4 ans après le procès ?

Les kinési n'ont qu'un contact généralement sommaire et superficiel avec les malades (j'en sais quelque chose !....J'ai fini par virer les miens). Sur la médecine concernant le handicap et les spécialités para-mécales comme la kinésithérapie, il y a de quoi écrire un roman. Comme me disait un ami, ancien médecin rééducateur, propriétaire d'un énorme centre de rééducation dans le sud avec piscine et toute une équipe de kinési, ergothérapeutes, etc...., rendu invalide à a suite d'un accident de voiture "c'est un métier de-glandeurs-" Ce sont des spécialités très éloignées de la réalité que vivent les malades et très peu ampathiques

Bref, je trouve cette déclaration tardive très suspecte.....


Dernière édition par le Ven 30 Nov 2007 - 9:09, édité 3 fois
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par lucie le Ven 30 Nov 2007 - 8:16

je suis d'accord avec toi, Jo, sur les questions que pose ce témoignage.

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par Joss le Ven 30 Nov 2007 - 8:29

C'est tout de même affligeant de voir une idéologie remplacer une autre en faisant fi de la seule chose importante : la compassion face aux souffrances
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par lucie le Ven 30 Nov 2007 - 8:36

Et c'est ce qui me met en colère sur ce sujet, comme sur d'autres d'ailleurs...

"aujourd’hui, on sait si bien réanimer qu’on fabrique, aussi, une cohorte de morts-vivants, enfermés dans leur carcasse, trop costauds pour mourir mais trop abîmés pour vivre. »
C'est ce que dit le docteur Chaussoy.

Et il y a là un gros problème...
les progrès de la médecine sont magnifiques... mais parfois, ils deviennent atroces.
Et là, il y a vraiment à réfléchir, en prenant en compte le poids de l'acharnement face aux bienfaits qu'il apporte.
Mais aussi en prenant en compte le cas par cas...

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par Joss le Ven 30 Nov 2007 - 9:49

Pour moi, ces malades sont les martyrs ignorés de notre civilisation : conduits au martyr par l'idole science, entretenus dans leur martyr au nom des idéologies diverses, ignorés, abandonnés par la société comme Jésus le fut sur la croix.

Ce qui parait étrange, c'est l'indifférence générale à leur égard non seulement de la société, mais de ceux qui pourraient le mieux évaluer leur état : les personnels soignants (kinési. aide-soignants, assistants de vie, etc....)

......mais après-tout, c'est le privilège des martyrs. Jésus sur la croix entendait "tuez-le, tuez-l !" (rôle qu'on repris aujourd'hui les idéologies)....Quant aux apotres, ils se taisaient et se cachaient de peur (rôle repris aujourd'hui par les proches, personnels soignants et autres)

Oui, aujourd'hui, la vie n'a aucun prix....et c'est souvent ceux qui croient la défendre qui en sont le plus loin.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par Cécile le Ven 30 Nov 2007 - 11:47

"Ce qui parait étrange, c'est l'indifférence générale à leur égard non seulement de la société, mais de ceux qui pourraient le mieux évaluer leur état : les personnels soignants (kinési. aide-soignants, assistants de vie, etc....)"

Mais non, le personnel soignant n'est pas indifférent ! Le témoignage de ce kiné le prouve.
L'image de quelqu'un qui souffre est angoissante; c'est pourquoi ceux qui euthanasient, tuent en fait leur propre angoisse.
On dit souvent, à la mort de quelqu'un que c'est un soulagement : oui, parfois pour celui qui meurt, mais aussi pour ceux qui restent, et qui ont eu éventuellement une lourde charge à porter... Bienheureux ceux qui n'éprouvent ensuite aucune culpabilité.

Je me souviens de patients, parfois très jeunes, qui sont morts, qui n'avaient pas une "vie digne de ce nom" (selon certains). Non, je n'étais pas indifférente. Les défenses dont s'entourent les soignants les aident à tenir le coup, et masquent parfois leur propre souffrance.
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par lucie le Ven 30 Nov 2007 - 12:09

L'image de quelqu'un qui souffre est angoissante; c'est pourquoi ceux qui euthanasient, tuent en fait leur propre angoisse.





C'est vrai.

De même que ceux qui ramènent quelqu’un des morts, et ensuite, lui enlève tout moyen d’y retourner, anesthésient vraisemblablement leur propre angoisse face à la mort.
Vouloir permettre de mourir, c’est tuer son angoisse face à la souffrance insupportable, vouloir l’interdire, tuer son angoisse face à la mort…
pas facile.


Je ne pense pas que les soignants soient indifférents, je pense que pas plus que les autres, ils ne savent quoi faire… Pour en connaître, je sais qu’ils sont comme chacun… Seulement beaucoup plus proche de la souffrance que la plupart des autres hommes.
Mais je pense que ceux qui ont à ce sujet une idéologie définitive et en général condamnant, eux, sont indifférents aux personnes. Ils en parlent de loin.

J’accepterait toujours que quelqu’un dise à un malade qui souffre et qui en a marre que sa vie vaut le coup d’être vécue. Qu’il aille le lui dire et surtout, qu'il allie le lui montrer, être près de lui dans son angoisse et son raz-le-bol… Qu’il aille lui donner l’espoir, lui montrer qu’il compte pour lui, lui montrer comme il est beau malgré ce qui le défigure.

Mais j’ai beaucoup plus de mal à l’admettre de personnes qui n’ont jamais lu la souffrance et la peur dans les yeux d’un malade, l’espoir aussi…

Parce qu’il y en a, même dans les pires moments… on le leur vole souvent, cet espoir, quand ils sont sur une machine, sans espoir ni d’en être un jour libéré, ni d’en finir. Cela peut aider aussi certaines personnes à supporter des choses, savoir que s’ils le veulent, ils pourront faire en sorte que ça s’arrête. Ces malades ne le peuvent pas… et cela fait partie de leur désespoir.

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par Joss le Ven 30 Nov 2007 - 12:26

Cécile a écrit:"Ce qui parait étrange, c'est l'indifférence générale à leur égard non seulement de la société, mais de ceux qui pourraient le mieux évaluer leur état : les personnels soignants (kinési. aide-soignants, assistants de vie, etc....)"

Mais non, le personnel soignant n'est pas indifférent ! Le témoignage de ce kiné le prouve.
L'image de quelqu'un qui souffre est angoissante; c'est pourquoi ceux qui euthanasient, tuent en fait leur propre angoisse.

C'est sans doute plus humain en province à Paris et variable d'une personne à l'autre mais quand on passe la barrière pour se retrouver parmi les malades, on ne voit pas les choses de la même façon. Avec un recul de 1O ans sur la question, je pourrais écrire des livres entiers sur l'indifférence, l'inhumanité, l'incompétence, la mauvaise volonté, les defaillances du système de santé, de l'ethique et de la société en général.
Avis partagé en général (il y a toujours, bien heureusement, des exceptions) avec les autres malades.
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par Cécile le Ven 30 Nov 2007 - 18:13

Je comprends bien ton point de vue, Joss, et je ne peux certes pas me faire le porte-parole de toutes les infirmières, kinés etc...
Il ne faut pas croire qu'on s'habitue à voir souffrir... et devant cette souffrance tout le monde ne réagit pas de la même façon.
Certaines personnes paraissent insensibles, je sais, et quand on les connait, on apprend qu'elles vivent elles-mêmes des choses très difficiles. Mais elles ne peuvent pas les partager avec les patients, et pas toujours avec leurs collègues.
On attend beaucoup du personnel médical, c'est normal. On attend le maximum d'attentions, de disponibilité, de délicatesse, et bien sûr de compétence. Et cela se comprend. Le personnel médical "passe aussi parfois de l'autre côté". Ma soeur en a fait l'expérience, qui s'est retrouvée soignée par ses anciennes collègues... et pas mieux traitée pour autant.
On parle souvent des infirmières "qui boivent le café" ! Eh oui, elles profitent des visites des familles pour avoir un peu de répit.
Je n'oublie pas une dame qui m'a dit un jour : "vous avez du mérite de faire ce métier, moi, je ne pourrais pas, je suis trop sensible". Sous-entendu : "vous, vous ne l'ètes pas!" Je ne lui en ai pas voulu...mais je n'ai pas oublié...
Quand un patient vient de mourir, il faut continuer à s'occuper des autres. Et il ne faut pas non plus oublier que certains sont difficiles, exigeants.
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par Fée Violine le Ven 30 Nov 2007 - 18:29

Non, le témoignage de ce kiné n'est pas tardif. A l'époque, j'avais entendu à la radio le témoignage d'une infirmière de ce centre de Berck, elle disait la même chose.
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par Joss le Ven 30 Nov 2007 - 18:47

Dominique a écrit:Non, le témoignage de ce kiné n'est pas tardif. A l'époque, j'avais entendu à la radio le témoignage d'une infirmière de ce centre de Berck, elle disait la même chose.
Je suppose, que dans le procès, son témoignage a été pris en compte et qu'il aura été examiné......alors pourquoi ressort-il maintenant ?
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par Fée Violine le Ven 30 Nov 2007 - 18:53

pour protester contre le téléfilm, je suppose.
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par Cécile le Ven 30 Nov 2007 - 18:54

Parcequ'un film doit être diffusé bientôt, à la télé je crois, et qui fait dans le style "guimauve"... en bref ne représente pas la réalité.
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par Joss le Ven 30 Nov 2007 - 19:00

Cécile a écrit:
On parle souvent des infirmières "qui boivent le café" ! Eh oui, elles profitent des visites des familles pour avoir un peu de répit.
[i]Je n'oublie pas une dame qui m'a dit un jour : "vous avez du mérite de faire ce métier, moi, je ne pourrais pas, je suis trop sensible".

C'est moins simple que cela....Mais il y aurait beaucoup à dire.....tu sais, 10 ans, ce n'est pas rien.....Quand nous nous verrons à Lourdes, nous aurons peut-être l'occasion d'en parlr
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par Fée Violine le Ven 30 Nov 2007 - 20:04

Cécile a écrit:Parcequ'un film doit être diffusé bientôt, à la télé je crois, et qui fait dans le style "guimauve"... en bref ne représente pas la réalité.

pas seulement guimauve, mais surtout tendancieux !
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par lucie le Sam 1 Déc 2007 - 7:24

Cécile a écrit:Je comprends bien ton point de vue, Joss, et je ne peux certes pas me faire le porte-parole de toutes les infirmières, kinés etc...
Il ne faut pas croire qu'on s'habitue à voir souffrir... et devant cette souffrance tout le monde ne réagit pas de la même façon.
Certaines personnes paraissent insensibles, je sais, et quand on les connait, on apprend qu'elles vivent elles-mêmes des choses très difficiles. Mais elles ne peuvent pas les partager avec les patients, et pas toujours avec leurs collègues.
On attend beaucoup du personnel médical, c'est normal. On attend le maximum d'attentions, de disponibilité, de délicatesse, et bien sûr de compétence. Et cela se comprend. Le personnel médical "passe aussi parfois de l'autre côté". Ma soeur en a fait l'expérience, qui s'est retrouvée soignée par ses anciennes collègues... et pas mieux traitée pour autant.
On parle souvent des infirmières "qui boivent le café" ! Eh oui, elles profitent des visites des familles pour avoir un peu de répit.
Je n'oublie pas une dame qui m'a dit un jour : "vous avez du mérite de faire ce métier, moi, je ne pourrais pas, je suis trop sensible". Sous-entendu : "vous, vous ne l'ètes pas!" Je ne lui en ai pas voulu...mais je n'ai pas oublié...
Quand un patient vient de mourir, il faut continuer à s'occuper des autres. Et il ne faut pas non plus oublier que certains sont difficiles, exigeants.

Oui, je trouve que ce que tu dis est intéressant. J'en parle aprfois avec une amie qui travaille dans un hopital...
Elle dit que cela conduit à une déhumanitsation, d'autant plus avec les réduction de personnel. Tout est réduit à des "actes" à accomplir, et non à des contacts.

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par lucie le Sam 1 Déc 2007 - 7:25

Dominique a écrit:
Cécile a écrit:Parcequ'un film doit être diffusé bientôt, à la télé je crois, et qui fait dans le style "guimauve"... en bref ne représente pas la réalité.

pas seulement guimauve, mais surtout tendancieux !

Je pense que cest en effet le cas... Comme le DVD envoyé à des députés l'est...

C'est vraiment ce que je reproche ici, on transforme en lutte idéologique, ce qui est un problème humain, et l'un des plus cruciaux, qui met au centre la souffrance, la vie, la mort et la liberté.

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par Joss le Sam 1 Déc 2007 - 11:18

lucie a écrit:

C'est vraiment ce que je reproche ici, on transforme en lutte idéologique, ce qui est un problème humain, et l'un des plus cruciaux, qui met au centre la souffrance, la vie, la mort et la liberté.

J'approuve ! .......et ça m'agace prodigieusement ! :realmad:

Qu'on soit un partisan acharné du droit à l'euthanasie où un partisan acharné du prolongement de la vie à tout prix, on est dans l'idéologie et contrairement à ce que l'on pense, dans le non-respect de la vie.

La vie ne se décide pas selon une loi, une pensée ou une idéologie mais selon l'expérience, la connaissance, l'approche d'un malade.

Les soit-disant grands défenseurs de la vie si froids, si durs, pleins de certitude tranquille devraient essayer, faute de connaitre leur situation, de se servir, pour une fois, de leur imagination à bon escient pour se mettre à la place d'un de ces grands handicapés qui se trouvent à Bercq

Bercq....j'en ai entendu parler par des myopathes snif pourquoi les malades y sont-ils abandonnés, souvent sans visite, avec très peu de personnel pour s'en occuper.....victimes immobiles, abandonnées, désolées.....attendant une délivrance dont le progrès médical, la réanimation, etc.....les a privés. Je suis septique, après avoir reçu des malades, des descriptions détaillées de Bercq, de la soi-disante proximité de ce kinési, qui faute d'avoir pesé dans le procès, témoigne maintenant Suspect . Il y a des lois en France pour punir les faux témoignages....Que ne fait-il un procès à madame Humbert s'il a la preuve et les soi-disant témoins pour prouver qu'il y a eu faux témoignage....!

Je trouve tout cela, finalement (et je vais en surprendre plus d'un) assez diabolique. Je vois le diable qui a réussi à tirer profit de la science et des certitudes synthétiques des bien-pensants transformés en bourreaux, ricaner d'aise.......Il pousse les malades à la désespérance et les croyants en bourreaux à la conscience tranquille......Il a gagné sur les deux plans
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par lucie le Sam 1 Déc 2007 - 11:44

J'approuve ! .......et ça m'agace prodigieusement !

Qu'on soit un partisan acharné du droit à l'euthanasie où un partisan acharné du prolongement de la vie à tout prix, on est dans l'idéologie et contrairement à ce que l'on pense, dans le non-respect de la vie.


Cela m'agace tout autant.
Et aussi paradoxale qui puisse paraitre ta remarque et l'affirmation que c'est le non respect de la vie, je la partage totalement.

Les soit-disant grands défenseurs de la vie si froids, si durs, pleins de certitude tranquille

Ceux-là me font penser à ceux qui lient des fardeaux qu'ils ne voudraient pas remuer du petit doigt... Mais qui sont très bon bon pour les autres, voire leur apprennent l'humilité. Mon Dieu, lorsque j'entends des choses pareilles, il me vient de terribles envies....

Les partisans de l'euthanasie voient la détresse, et se savent impuissant à le calmer.
On n'est en général pas dans le même ordre d'idée.

Quant à l'abandon des malades que l'on enchaine à leur lit de souffrance...
Que le Seigneur nous le pardonne.

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par lucie le Sam 1 Déc 2007 - 11:47

les croyants en bourreaux à la conscience tranquille......

Pas tous.
Very Happy

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par Joss le Sam 1 Déc 2007 - 14:24

29/11/2007 20:08
Les suites de l'affaire Humbert remettent-elles en cause la loi sur l'euthanasie ?


Le kinésithérapeute qui s’était occupé de Vincent Humbert a expliqué jeudi 29 novembre dans Le Parisien que celui-ci ne voulait pas mourir. Le soignant entend ainsi réagir au téléfilm diffusé lundi soir 3 décembre par TF1, « Marie Humbert, l’amour d’une mère ». En 2004 déjà, les soignants de l’hôpital de Berck avaient raconté à La Croix leur « vérité » sur l’affaire Humbert. Quelle qu’elle soit, celle-ci ne remet pas en cause la loi sur la fin de vie, estime celui qui en fut le rapporteur, le député (UMP) des Alpes-Maritimes, Jean Leonetti.


« Il est vrai que l’affaire Humbert a été le déclencheur de la mission sur la fin de vie qui nous a été confiée en 2004. Pour autant, nous n’avons pas voulu faire une loi Vincent Humbert, car il ne faut jamais légiférer pour des cas particuliers.

La loi a cherché à résoudre un maximum de problèmes, en particulier en condamnant l’acharnement thérapeutique. Certains ont dit qu’elle ne répondait pas au cas spécifique de Vincent Humbert. Je ne le crois pas. D’abord parce qu’avec cette loi, qui dit que les soins doivent être proportionnés, on n’aurait peut-être pas poussé la réanimation. Ensuite parce que le texte permet de supprimer toute souffrance morale ou physique en acceptant un traitement qui calme le patient, même si celui-ci doit raccourcir la vie.

Enfin, avec les dispositions qui ont été votées, Vincent Humbert aurait pu demander l’arrêt des traitements qui le maintenaient artificiellement en vie, à savoir la nutrition artificielle. Il ne serait pas alors “mort de faim”, comme l’ont dit certains, car il aurait bénéficié d’une sédation profonde l’empêchant de souffrir. Si ce garçon vivait un calvaire, il aurait certainement accepté cela.
Aujourd’hui, la mère de Vincent continue à demander une “exception d’euthanasie”. Je ne pense pas que cela soit nécessaire.

Cela consiste en effet à dire que lorsqu’une euthanasie a été commise à la demande d’un malade, le juge peut faire appel à des experts et aboutir à un non-lieu, s’il apparaît que cet acte était la moins mauvaise solution possible, tous les soins possibles ayant été épuisés. Mais c’est déjà ce qui se fait : Marie Humbert en a bénéficié, la justice ayant prononcé, après expertise, un non-lieu à son encontre, alors qu’elle avait été mise en examen pour avoir injecté des barbituriques à son fils.

On peut donc décider de ne pas poursuivre quelqu’un qui a commis une euthanasie, mais dans tous les cas, cela nécessite qu’un juge examine ce qui s’est réellement passé pour vérifier si tous les recours avaient été épuisés. En aucun cas, il ne faut créer un droit à tuer par compassion. »
Recueilli par Marianne GOMEZ

avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par Joss le Dim 2 Déc 2007 - 17:58

30/11/2007

Deux questions à Marie Humbert.



Jeudi, le Parisien a publié l’interview d’un ancien kiné de Vincent, Hervé Messager, qui prétend que votre fils n’avait pas les moyens intellectuels de décider.

Quelle honte de le diminuer ainsi. Quand j’ai lu l’interview, c’était une horreur, j’étais tellement en colère que je n’ai pas réagi tout de suite. Maintenant, je tiens à rétablir que cet homme n’est resté que quelques mois auprès de Vincent, qu’il sort du silence presque cinq ans après le départ de mon fils. Et puis la justice a tranché, j’ai bénéficié d’un non-lieu, tous les experts ont affirmé que l’état physique de Vincent ne
s’améliorerait plus.

Vous sentez-vous trahie par la presse?
Pas en général, car j’ai toujours eu une relation de respect mutuel avec elle. Mais là, je me sens salie : même si «Le Parisien» m’a donné la parole, la journaliste m’a appelée à 21 h la veille, sans me dire tout ce qu’avait affirmé M. Messager. Je vais la rappeler et m’expliquer avec elle.

Recueilli par Raphaëlle Baillot


Dernière édition par le Dim 2 Déc 2007 - 18:19, édité 1 fois
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par Joss le Dim 2 Déc 2007 - 18:14


Hervé Messager

FRANCESOIR

Comment vivez-vous la publication du témoignage d’Hervé Messager, qui fut l’un des kinésithérapeutes de votre fils Vincent ?

MARIE HUMBERT.


C’est comme si je repartais quatre ans et demi en arrière, et comme si l’on me faisait à nouveau subir le décès de mon Titi. S’il n’y avait que moi, que ma seule souffrance à lire cet article, ce ne serait pas grave. Mais il y a mes fils, Laurent et Guillaume. Ils sont âgés de 33 et 32 ans, et croyez-moi, ce matin (NDLR : hier), ils ont réagi comme des enfants. Ils sont complètement démontés. Nous sommes démolis par tant de méchanceté gratuite.

Comment l’expliquez-vous, tant d’années après la mort de Vincent ?

Ce n’est pas la première fois que ce kinésithérapeute cherche à m’atteindre. Il a toujours eu envie que l’on parle de lui. Et, derrière lui, l’association catholique SOS Fin de vie, qui est contre l’euthanasie, essaie par tous les moyens de me déstabiliser. Ces gens charitables ont financé le DVD qu’espère diffuser Hervé Messager. Peut-être, aussi, veulent-ils réduire l’impact du film de lundi*.
Ont-ils peur de ses conséquences sur l’opinion ? Je ne sais pas quoi penser…

Hervé Messager, le kiné au Centre héliomarin de Berck-sur-Mer, dit s’être occupé de Vincent pendant deux ans…


C’est faux ! Son kiné s’appelait Manu ! Un très gentil garçon, qui a dû partir de Berck. Hervé l’a remplacé et n’est resté que six mois au chevet de mon fils. Et, à l’époque où il l’a pris en charge, Titi n’avait plus droit qu’à une ou deux heures maximum de kinésithérapie par semaine ! Je suis outrée qu’il prétende l’avoir massé une heure par jour et cinq jours par semaine !

Pourquoi avait-on réduit la fréquence des séances ?

Mais parce que les médecins ne pouvaient plus rien pour lui ! « On ne peut plus rien faire pour Vincent », me répétaient-ils
, et j’avais confiance en eux, je savais que c’était foutu… (Marie Humbert s’interrompt à cause des larmes qui l’étouffent.)

Pourquoi Hervé Messager affirme-t-il que, la veille de sa mort, il blaguait avec Vincent, et qu’il ne voulait pas mourir ?

Mais il est seul à dire cela ! Avant de lui donner la parole, on aurait pu interroger ses médecins, les professeurs de Paris, Lille et Rouen qui le suivaient. On aurait pu demander aux experts dépêchés par M. Jacques Chirac s’ils pensaient, après avoir longuement examiné mon fils et échangé avec lui, que Vincent souhaitait vivre.
Même le secrétaire particulier du président de la République, qui a rendu visite à Titi trois fois, pourrait témoigner qu’il en avait assez de cette vie ! Cela dit, c’est vrai que Vincent racontait souvent des bêtises : il a toujours été mon petit rigolo d’amour. Et, la blague achevée, il me demandait de mettre fin à ses jours. « Si tu m’aimais, écrivait-il avec son pouce, tu me tuerais tout de suite. » Il disait : « Une fois là-haut, je vais retrouver mon chien et rejouer au foot ! »

Justement, Hervé Messager dit qu’il regardait les matches, qu’il n’était pas aveugle…

C’est affreux d’oser dire une chose pareille. Interrogez son ophtalmologue lillois, il vous confirmera sa cécité. Vincent ne distinguait que des ombres. Mais, oui, il suivait les matches car l’audition était intacte. Il les écoutait à la radio, à la télé, et oui, bien sûr, il savait qui marquait un but !

… et qu’en dehors de vous personne ne venait, pas même ses frères…
Ecoutez, ce sont des propos horribles qui bouleversent mes fils. Il est vrai que je voulais les épargner et que je les éloignais de Vincent. Mon rôle de maman était d’assurer, d’assumer, de les protéger. Au moment de l’accident, Guillaume allait être papa, ça l’a un peu aidé. Laurent, lui, a vécu un terrible traumatisme car, sapeur-pompier, il a été sur les lieux du drame et a identifié la voiture de son frère. Mais ils étaient à mes côtés, très présents. Quand ils ont vu le film, ils ont découvert des choses qu’ils ignoraient. Ils m’ont d’abord engueulée et ils m’ont dit : « Tu as été gentille, maman. »




Le geste libérateur du Dr Frédéric Chaussoy

Le Dr Chaussoy a toujours assumé son geste. Dans son livre, il est formel : « Dès qu’il a pu, Vincent s’est servi de son pouce pour demander qu’on le laisse mourir. »

Je ne suis pas un assassin (Oh ! Editions), le livre témoignage du Dr Frédéric Chaussoy, chef du service de réanimation du Centre héliomarin de Berck-sur-Mer, est à lui seul une réponse aux supputations du kiné Hervé Messager. Avant de prendre sa décision, de s’engager sur « (son) chemin, entre le devoir, la peur, l’hypocrisie et la compassion », le praticien s’est assuré que Vincent souhaitait mourir, « non pas parce qu’il ne voulait pas vivre, écrit-il, mais parce qu’il ne voulait pas vivre “comme ça”, pendant quarante ans, peut-être plus, sans autre avenir que souffrir le martyre et bouger un doigt ». Finalement, poursuit-il, c’est « sa mère qui l’a fait. Le summum de la barbarie ».
Sauver des vies

Même s’il a poussé un « ouf de soulagement » quand la juge a prononcé le non-lieu, le Dr Chaussoy incite toujours à une réflexion qui devrait faire l’unanimité. « Nous ne sommes pas un service d’acharnement, mais de réanimation. C’est ce que je dis souvent aux familles inquiètes, pour les rassurer. Notre responsabilité, c’est aussi de savoir arrêter. Même si c’est pour sauver des vies qu’on fait ce métier, il faut accepter, parfois, de les voir nous échapper. (…) C’est ça, la partie la plus difficile de mon métier : aujourd’hui, on sait si bien réanimer qu’on fabrique, aussi, une cohorte de morts-vivants, enfermés dans leur carcasse, trop costauds pour mourir mais trop abîmés pour vivre. »
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10494
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vincent Humbert

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum