MARTHE ET MARIE

Conflits destructeurs et conflits constructeurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Conflits destructeurs et conflits constructeurs

Message par Fée Violine le Sam 17 Nov 2007 - 13:09

Le week-end dernier, j'étais donc (j'y ai déjà fait allusion) au rassemblement régional de l'ACAT (Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture et des exécutiions capitales, association oecuménique). Le thème du rassemblement était : "La non-violence au coeur de nos actions".
Le samedi soir, nous avons eu une conférence sur : "Comment transformer les conflits destructeurs en conflits constructeurs. Ce qu'en dit la Bible", par Hervé Ott, un théologien (protestant, si j'ai bien compris) spécialiste des conflits et qui vit sur le Larzac.

Voici ce que j'ai noté :

Nous avons souvent des rencontres comportant des intérêts divergents, c'est l'occasion de faire des compromis.
Un conflit est destructeur et mène à la violence quand je parle sur l'autre (tu es ceci, cela...) au lieu de parler sur moi (je ressens telle émotion...).
Il y a des conflits d'intérêt (ce qui me blesse) ou des conflits d'identité (tu es méchant...).
Quand j'accuse quelqu'un, je refoule le problème que j'ai en moi et je le projette sur l'autre. D'ailleurs c'est pareil envers soi-même : si je m'accuse moi-même, j'ai un conflit avec moi-même. Ces conflits peuvent dégénérer en problèmes physiques, par exemple l'humiliation peut donner une grippe ou une angine.

Le conflit peut être entre les personnes, entre les groupes sociaux, ou au niveau de nos représentations/idéologies.

Textes bibliques :
la Bible est violente parce qu'elle parle de notre histoire, sinon ce serait suspect ! Elle n'apporte pas de solution, mais des perspectives, des ouvertures.

* meurtre d'Abel, Gn 1 :
1ère apparition du mot "péché".
"Quand tu es en colère contre ton frère etc" (dans l'Evangile) : ce qui pose problème ce n'est pas la colère, c'est le "contre". La colère est une énergie pour défendre quelque chose de bon, mais si je la retourne CONTRE quelqu'un, c'est que je l'ai refoulée.
Les psaumes sont quelquefois extrêmement violents (ps 109 par exemple). En fait, ce sont des choses que nous pouvons confier à Dieu, il se débrouillera avec ça. Si nous censurons cette haine, nous croyons avoir du pouvoir sur Dieu.
Il y a beaucoup d'émotions dans la Bible : la honte, la peur (citée 365 fois) et Dieu répond : ne crains rien car je suis avec toi. (ne pas oublier "car je suis avec toi" !)

Dans un conflit, réagir de façon asymétrique. Si l'autre crie, je reste calme, etc. S'il frappe la joue droite, tendre l'autre, ainsi il est confronté à sa violence.

* Moïse tue l'Egyptien sans rien dire, ensuite il affronte un agresseur en paroles, ensuite il sauve les bergères, non pas "contre" mais "pour" : il a progressé.

* Le jugement de Salomon :
La seule solution est de renoncer à vouloir posséder. Dans cette histoire il y a deux éléments : la compassion, et l'intervention d'un tiers. Pour décider il faut trancher, il faut que ce soit clair (cf Jésus "je suis venu apporter l'épée").

* La fable de Jonas présente la compréhension du phénomène du bouc émissaire. Jonas sait qu'il est coupable. Après son expulsion il y a réorganisation sociale.

* Le chant de Myriam soeur de Moïse :
Première affirmation d'un Dieu politique, c'est un Dieu de guerre. C'est Dieu qui fait la guerre, pas les hommes. L'avantage c'est que peu à peu, Dieu devenant universel, l'homme est interdit de guerre.

* Jésus et les marchands du Temple :
ce texte sert à certains à justifier leur propre violence. En fait le texte grec dit : "il les chassa tous, les brebis et les boeufs", ce qui certainement a provoqué une belle pagaille, mais il n'a pas attaqué les marchands, il n'a pas usé de violence. Sinon, les autorités n'auraient pas manqué de le lui reprocher ! Mais Pilate dit :"On ne peut rien lui reprocher". C'est un malentendu. le Dieu de l'Evangile n'a rien à voir avec la violence. Toute la Bible dit que la victime doit être innocente.

* "Si tu te souviens que quelqu'un a quelque chose contre toi..." : l'offrande ne dispense pas de la réconciliation.

Les interdits sont : le meurtre ; l'adultère ; le rapt ; le faux témoignage (mais le mensonge n'est pas interdit) ; et la convoitise de ce que possède l'autre, source considérable de rivalités et de conflits destructeurs.

Il est légitime d'avoir des conflits d'intérêts, mais pas de diaboliser l'autre.

* Honorer ses parents, ce n'est pas forcément les aimer, c'est leur donner du poids [en hébreu le mot "gloire" signifie : "ce qui a du poids"], c'est-à-dire, entre autres, laisser l'autre porter ce qu'il a à porter, c'est-à-dire prendre ses responsabilités.


Dernière édition par le Mer 21 Nov 2007 - 17:05, édité 2 fois
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflits destructeurs et conflits constructeurs

Message par Fée Violine le Sam 17 Nov 2007 - 13:21

(suite)

L'expression "gérer un conflit" implique qu'on soit en dehors. On veut maîtriser les choses. En fait on est dedans.

Toute institution, toute organisation produit de la violence, car tout groupe génère des conflits d'intérêts.
Dans un groupe, l'enjeu fondamental est le pouvoir. Celui qui a le pouvoir décide pour les autres. Prendre une décision en consensus est difficile.

Jésus a donné sa vie pour les autres. Il n'a jamais utilisé la violence, pour la première fois dans l'histoire humaine la victime est totalement innocente.

* "Si tu ne renonces pas à toi-même..." : d'après Marie Balmary, ce texte veut dire : renonce au projet de vouloir me suivre, marche à côté de moi en portant ta croix.
Jésus ne nous demande pas de devenir névrosés !

Jésus dit :"Aimez vos ennemis", et non "Aime ton ennemi".

* La compassion du bon samaritain n'est pas affective.
Souvent Jésus voit les gens, est ému de compassion et trouve ce qu'il faut faire.
Au lieu de donner des conseils, sentir ce que sent la personne, et ça donne l'énergie de trouver une solution. La compassion est une révolution, ça n'existait pas chez les Grecs, et le mot employé est nouveau (un mot qui veut dire "retourner les entrailles"). Il y a 3 mots en hébreu, 1 seul en grec.

* "Si j'ai mal parlé, dis-moi en quoi. Si j'ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu ?"
Jésus n'est pas submergé par l'émotion.

Dans un conflit, le médiateur a deux rôles : la compassion, et rester en-dehors du conflit.

La colère est destructrice, mais si je me l'interdis, je me prive d'un moyen d'information sur moi-même.
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflits destructeurs et conflits constructeurs

Message par Joss le Sam 17 Nov 2007 - 19:51

Jésus a donné sa vie pour les autres. Il n'a jamais utilisé la violence, pour la première fois dans l'histoire humaine la victime est totalement innocente.
Cette phrase qu'on retrouve partout dans l'évangile, m'a toujours interpelée "et il passait son chemin". Quand il y avait des mouvements de foule, de l'agressivité, de la violence, il arrivait à se frayer un passage comme s'il glissait.

* La compassion du bon samaritain n'est pas affective.
Souvent Jésus voit les gens, est ému de compassion et trouve ce qu'il faut faire.
Au lieu de donner des conseils, sentir ce que sent la personne, et ça donne l'énergie de trouver une solution. La compassion est une révolution, ça n'existait pas chez les Grecs, et le mot employé est nouveau (un mot qui veut dire "retourner les entrailles"). Il y a 3 mots en hébreu, 1 seul en grec.
....et celle de sainte Véronique donc ! Il était impossible qu'elle soit emportée par son affectivité, qu'elle pleure par exemple : ça lui aurait coupé les jambes, elle n'aurait pas pu se précipiter vers Jésus en traversant la foule en colère.

La compassion n'a aucun retour sur soi. La charité est en hâte vers le souffrant. C'est le coeur de Véronique qui était au bout de ses doigts et cette compassion a été un baume de consolation (probablement, le seul de toute sa passion). C'est ce qui explique cette grâce mystérieuse du linge imprimé.

_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10493
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflits destructeurs et conflits constructeurs

Message par Fée Violine le Mer 21 Nov 2007 - 17:24

Maintenant que ce sujet a trouvé pour l'héberger la catégorie "Psychologie", j'aimerais que le débat continue.
Car il y a beaucoup à dire sur les relations humaines.

Au début de cette conférence, il est un peu question des règles de communication, je vais développer. Mais là, c'est moi qui parle, je ne cite plus un conférencier.

Il y a des règles de communication, comme il y a des règles de grammaire, ou des règles du code de la route, ou que sais-je. Si on respecte ces règles, la communication ne devient pas parfaite pour autant, mais si on ne les respecte pas, on est sûr d'avoir des problèmes.
Beaucoup de gens, dans un conflit, envoient des "messages-tu" (on dit que "le message-tu tue" ! C'est une formule, mais c'est vrai), disant par exemple "tu es méchant (ou bête, ou...)", "tu n'as rien compris", pire encore ils essaient d'inetrpréter le comportement de l'autre ("tu as pensé que...", "tu m'as manipulé", etc...). Tous ces jugements envoyés à la tête d'autrui ne peuvent qu'augmenter le conflit, car si j'essaie d'interpréter le comportement d'autrui, je suis sûre de tomber à côté, au minimum. Si j'envoie à l'autre un jugement (surtout négatif, mais même positif c'est toujours un jugement), il se sentira enfermé dedans, incompris, pas écouté.
Bref, ce n'est pas la bonne solution.
Un jugement est toujours une projection. Quand je porte un jugement sur autrui, ce jugement révèle ce que je suis, beaucoup plus que ce qu'est l'autre. D'après mes observations, ceci est vrai dans environ 100% des cas.
C'est pourquoi j'évite de dire du mal de mon prochain, car je sais que le mal que je peux dire d'eux, se trouve en fait en moi !

Donc, que faire dans un conflit, ou simplement une discussion ?
Envoyer des messages-je, c'est-à-dire dire simplement ce que je ressens. Ce n'est pas de l'égocentrisme de dire ce que je ressens, c'est simplement être dans la vérité, car je sais (à peu près ) ce que je pense et ressens, tandis que je ne peux qu'imaginer ce que ressent l'autre.
En cas de problème, je peux dire par exemple :

"Quand tu as tel comportement, je ressens tel sentiment".
Ça ne met pas en cause l'intégrité de l'autre, car je n'ai parlé que de moi. Et ainsi l'autre, ne se sentant pas agressé, sera plus calme pour con,sidérer la chose dont je lui parle.

Eviter aussi de dire "on".
Si c'est une chose que je ressens, je dis "je". "On", ce n'est personne. Mais souvent les gens, par timidité, n'osent pas s'exposer ainsi.

maios avec un peu d'entraînement, c'est simple.
J'ai étudié tout cela il y a longtemps, je m'en sers couramment et ça m'est très utile;
Mais ça n'évite pas tous les problèmes, ce n'est pas magique !
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflits destructeurs et conflits constructeurs

Message par Cécile le Mer 21 Nov 2007 - 18:09

"Quand tu as tel comportement, je ressens tel sentiment".

Je ne suis pas vraiment d'accord. Faire intervenir le sentiment dans un conflit peut lui donner une connotation plus dramatique, et risque de culpabiliser. Mais ce n'est pas évident de séparer le rationnel de l'émotivité.

Dans un groupe, l'enjeu fondamental est le pouvoir.

Pas toujours. Et même parfois, surtout pas ! Etre "second" plaît beaucoup à certains.
Ce qui est primordial, c'est de compter pour les autres, d'être entendu, pas forcément suivi. Et par conséquent, d'être soi-même attentif à chacun.
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflits destructeurs et conflits constructeurs

Message par Fée Violine le Mer 21 Nov 2007 - 18:19

Cécile a écrit:"Quand tu as tel comportement, je ressens tel sentiment".

Je ne suis pas vraiment d'accord. Faire intervenir le sentiment dans un conflit peut lui donner une connotation plus dramatique, et risque de culpabiliser. Mais ce n'est pas évident de séparer le rationnel de l'émotivité.

il ne s'agit pas de "faire intervenir" le sentiment, mais de le décrire, objectivement. Cela suppose un minimum de recul, donc de ne aps être, au moment où je le dis, dans le sentiment en question.
Si je décris simplement ce qui est, je n'attaque pas l'autre.
Ce qui est culpabilisant, c'est la projection, pas la description de ce qui est.

Quand mes enfants étaient petits, j'essayais de formuler correctement ce que je leur disais. Parfois je me laissais emporter par les émotions, et ensuite je reformulais correctement, pour ne pas les blesser.
Exemple : remplacer "tu es insupportable" par "je suis fatiguée".
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflits destructeurs et conflits constructeurs

Message par Cécile le Mer 21 Nov 2007 - 18:49

L'exemple que tu donnes concerne un groupe bien particulier. De toute évidence la mère a l'autorité, elle a le pouvoir, et surtout des liens affectifs.
Dans la famille, il y a une hiérarchie, ce qui n'est pas le cas du groupe en général.
Ce que tu dis me semble plutôt être ce qu'on appelle "positiver".
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflits destructeurs et conflits constructeurs

Message par lucie le Mer 21 Nov 2007 - 18:59

Quand mes enfants étaient petits, j'essayais de formuler correctement ce que je leur disais. Parfois je me laissais emporter par les émotions, et ensuite je reformulais correctement, pour ne pas les blesser.
Exemple : remplacer "tu es insupportable" par "je suis fatiguée".

quand le problème est ma fatigue, oui. quand le problème est leur comportement, je leur dis qu'ils sont insupportables...

Parce qu'il est nécessaire qu'ils sachent que certains comportement ne sont pas admissibles.

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflits destructeurs et conflits constructeurs

Message par Fée Violine le Mer 21 Nov 2007 - 20:13

Cécile a écrit:L'exemple que tu donnes concerne un groupe bien particulier. De toute évidence la mère a l'autorité, elle a le pouvoir, et surtout des liens affectifs.
Dans la famille, il y a une hiérarchie, ce qui n'est pas le cas du groupe en général.
Ce que tu dis me semble plutôt être ce qu'on appelle "positiver".

"positiver", c'est un terme qui me semble plus ou moins idéologique, ou du moins très vague.
Je ne dirais pas qu'il y a une hiérarchie dans la famille. Les parents ne sont pas des présidents , des rois ou des patrons ! Les parents sont au service des enfants, pour les aider à vivre jusqu'à ce qu'ils soient assez grands pour se débrouiller tout seuls. Par "au service", je ne veux pas dire des domestiques, mais disons, des chefs au sens évangélique du terme : le plus grand c'est celui qui sert.
Quelles que soient les relations entrte les gens, quels que soient els sentiments ou la parenté, les gens se doivent le même respect et la même vérité.

Et pour répondre à Lucie : j'ai un peu schématisé ! Bien sûr que parfois ils sont insupportables, il ne s'agit pas de les laisser être insupportable, il s'agit de ne pas projeter de jugement sur eux. Dans ce cas, le parent peut dire : "tu n'as pas le droit de faire ça", ou "arrête immédiatement de faire ça". Ou encore, si le parent n'est pas trop fatigué ou débordé, il cherche à savoir si l'enfant a besoin de quelque chose (s'il est insupportable et petit, il a peut-être simplement sommeil. Dans ce cas, c'est pas la peine de l'engueuler. S'il est grand, il a peut-être un souci. Etc)
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflits destructeurs et conflits constructeurs

Message par Cécile le Sam 24 Mai 2008 - 4:24

"Quand tu as tel comportement, je ressens tel sentiment".
Ça ne met pas en cause l'intégrité de l'autre, car je n'ai parlé que de moi. Et ainsi l'autre, ne se sentant pas agressé, sera plus calme pour con,sidérer la chose dont je lui parle.

Tu n'as pas parlé que de toi, puisque tu lies ton sentiment au comportement de l'autre... C'est donc, éventuellement, culpabilisant.

Ce n'est pas toujours évident de refuser de culpabiliser l'autre. C'est assez confortable, lorsqu'il y a conflit, de refuser de voir sa propre culpabilité...la paille et la poutre...!
avatar
Cécile
moderateur
moderateur

Féminin Nombre de messages : 3184
Age : 75
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 26/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflits destructeurs et conflits constructeurs

Message par Fée Violine le Sam 24 Mai 2008 - 10:48

il ne s'agit pas de refuser de voir sa propre culpabilité. Avant de savoir qui est coupable (éventuellement), il faut d'abord savoir quel est le problème. Et puis, il n'y a pas forcément de coupable ni de faute, il peut s'agir simplement de difficultés de communication.

Si l'autre se sent attaqué quand je lui dis "quand tu fais ceci, je ressens cela", ce que je peux faire alors, c'est d'essayer de comprendre ce qu'il ressent lui-même (un sentiment d'agression), au moyen de "l'écoute active", qui consiste à reformuler ce que dit l'autre, à le traduire en quelque sorte.
Je crois que le mieux c'est que je donne des exemples; je ressors mon bouquin, "Parents efficaces" du Dr Thomas Gordon (ça s'appelle Parents efficaces mais la méthode est exactement la même pour les autres types de relations humaines). Je n'ai pas le temps maintenant, je verrai ça après.

De toute façon, c'est beaucoup moins culpabilisant pour un enfant (par exemple) d'entendre "je suis fatigué" plutôt que d'entendre "tu es méchant" !

faut que j'y aille, à plus tard !
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflits destructeurs et conflits constructeurs

Message par Joss le Sam 24 Mai 2008 - 14:30

Le conflits......Ce qu'il ne faut pas être :


_________________


Je dors, mais mon cœur veille. Cant, 5, 2

http://prophetesetmystiques.blogspot.com/
http://jeveuxvoirdieu.blogspot.com/
http://imageschretiennes.blogspot.com/
http://le-raton-laveur.blogspirit.com/
avatar
Joss
Administrateur
Administrateur

Féminin Nombre de messages : 10493
Age : 66
Localisation : region parisienne
Date d'inscription : 26/05/2007

http://marthetmarie.lifediscussion.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflits destructeurs et conflits constructeurs

Message par lucie le Lun 26 Mai 2008 - 8:39

en cas de conflit, il faut aussi voir quelque chsoe : souvent, ce n'est pas la personne qui est visée, du moins pas directement.

Une attitude peut être vécue comme agressive parce qu'elle rappelle des choses à celui qui en est victime.

et parfois (nous, on le voit très souvent avec les élèves), ce n'est pas celui qui en est victime (le rpof en général) qui est visé. cela ne veut pas dire que c'est à accepter, cela veut dire qu'il est important alors de ne pas se sentir visé comme personne.. ca aide beaucoup à relativiser et à passer par dessus....

lucie
Membre superactif
Membre superactif

Nombre de messages : 1996
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflits destructeurs et conflits constructeurs

Message par Fée Violine le Lun 26 Mai 2008 - 12:24

oui, c'est pour ça qu'il faut apprendre à décoder ce que les gens disent, et essayer de comprendre - et surtout de leur faire prendre conscience - de ce qu'il y a derrière ce qu'ils disent.
On ne peut pas toujours aller si loin, surtout avec des élèves qu'on ne voit qu'en passant, mais il ne faut pas forcément beaucoup de temps pour faire une réflexion qui tombe juste, qui dédramatise, qui donne à réfléchir.
Et bien entendu la première chose, comme tu dis justement, c'est de ne pas se sentir visé. C'est pourquoi je parlais de prendre du recul ou de décrire objectivement la situation.
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflits destructeurs et conflits constructeurs

Message par Fée Violine le Lun 5 Jan 2009 - 11:07

Encore un papier que je viens de retrouver et dont je fais profiter le forum !
Ce sont des notes que j'ai prises il y a plus de 20 ans, à une formation sur la méthode Gordon, dont je parlais plus haut. C'est une méthode de communication simple et efficace, qui me sert beaucoup, même si bien sûr ça ne suffit pas pour résoudre tous les problèmes. Beaucoup de psychologues s'en servent.

Les principaux outils s'appellent le "message-je" et "l'écoute active".

Le message-je consiste à dire ce que je ressens, au lieu de porter des jugements sur l'autre. Et ce n'est pas "positiver", comme le suggérait Lucie, mais plutôt "objectiver", car les jugements que je porte sur l'autre ne peuvent être que des interprétations, la seule chose sûre ce sont els émotions que son comportement à provoqué chez moi.
Le message-je est l'opposé du message-tu ("le message-tu tue") (les phrases qui commencent par "tu" : tu ne fais jamais ceci, tu fais toujours cela, tu es ceci ou cela, etc); c'est aussi l'opposé du mot "on" : "on" c'est trop vague, on ne sait pas qui c'est. Si j'ai vraiment quelque chose à dire, je dis "je". Il faut plus de courage pour dire "je me sens bien ici" que pour dire "on se sent bien ici", mais c'est une question d'habitude.

Et "l'écoute active" consiste à essayer de décoder ce que vuet dire l'autre, et ce n'est pas toujours facile si l'autre ne pratique pas le "message-je" : on essaye de retrouver, derrière ce qu'il dit, quelles émotions il y a, et reformuler ses propos en termes plus objectifs. Ceci suppose que celui qui écoute sorte totalement de ses propres préoccupations, pour écouter vraiment l'autre.

Une application de cette méthode s'appelle "la résolution de conflits sans perdants", on l'applique quand il y a des tensions dans un groupe, une famille etc.

*************

D'abord il faut faire accepter la méthode par le groupe, "vendre " la méthode, créer un climat.

1. Cerner les différents besoins (écoute active + message-je);

2. Brain storming de solutions;

3. Evaluation des solutions : est-ce praticable ? est-ce acceptable par tous? est-ce que tout le monde y trouve sa satisfaction?

4. Choix de la solution. Bien formuler le choix final. L'écrire;

5. Mise en place pratique : qui fait quoi et quand. Impliquer matériellement les personnes dans les solutions qu'elles ont suggérées. Etablir des critères d'évaluation des résultats : qu'est-ce qui nous permettra de dire que nous n'avons plus de conflits ?

6. Evaluation des résultats.

7. Faire la fête pour fêter ça !

Faire tout cela avec un papier et un crayon. Celui qui lance l'impulsion a à faire beaucoup d'écoute.
Inviter uniquement les gens concernés.
Être très ferme sur les besoins, très souple sur les solutions.

Avantages de la méthode :

- éviter les frustrations, car tout est dit, c'est valorisant;

- clarté et transparence dans le groupe ou la famille;

- pas d'accumulation de négativité sous-jacente;

- responsabiliser les enfants et les autres;

- créativité;

- mieux se connaître mutuellement;

- climat de confiance, d'acceptation, d'amour;

- crée plus de satisfaction;

- c'est rassurant de savoir qu'on peut résoudre les problèmes;

- gain de temps et d'énergie;

- développe l'esprit d'équipe et de coopération.

- pour les familles : l'enfant découvre que ses parents sont des personnes.
avatar
Fée Violine
moderateur
moderateur

Nombre de messages : 4649
Date d'inscription : 29/05/2007

http://pagesfeuilletees.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Conflits destructeurs et conflits constructeurs

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum